Gérer l’incertitude

perfectionniste

Saviez- vous que 90% des problèmes des cadres moyens et supérieurs sont ambigus ?
Et que la nature du problème de soit pas clairement définie.
Quelles serait le degré d’ambiguë si les gestionnaires disposaient du temps requis ou illimité et qu’ils auraient l’information requise à 100% ?
Parfois le même problème passé peut se dupliquer et appliquer la solution, par contre qu’en est-il des gestionnaires qui prennent plus de bonnes décisions que de mauvaises selon la base d’informations insuffisantes ? Comment gèrent-ils l’incertitude ?Quelques solutions
La capacité de s’adapter face à l’ambiguïté passe par la capacité de tolérer les erreurs effectuées dans le passé et aussi la capacité de prendre les critiques et sûrement la pression qui en résultent. Pourquoi ne pas procéder par étape ?

23ff624f8d7e864_fileLes gestionnaires qui le font excellent. Ils obtiennent des avis rapides, prennent une série de petites décisions , corrigent le tir, recueillent des données de plus et avancent un peu plus , jusqu’à ce que l’intégralité du problème soit sous contrôle.
Et le perfectionniste alors ? Nous préférons d’être sûr à 100%. Pas facile , soyez conscient de votre motivation d’être perfectionniste. Peut-être avoir besoin absolument de l’information excessive cache –t il un besoin d’avoir une plus grande confiance en vous en évitant de vous tromper ? Essayez de trouver un équilibre entre l’analyse et de passer à l’acte. Chaque semaine, essayez un exercice à prendre des décisions dont les conséquences ne sont pas graves, avec moins d’information.
Fiez-vous à votre intuition également. Des études démontrent que les gestionnaires performants prennent de bonnes décisions dans 65% des cas.

Commentaires Facebook